Le sel de l’Himalaya comporte-t-il des dangers pour la santé ?

sel de l’Himalaya danger

Il est un fait clairement établi que le sel est un ingrédient de la plus haute importance dans le monde de la cuisine. En effet, il est difficile de s’en passer pour la préparation des aliments. Dans le même temps, il existe une grande variété de sel, les uns plus bénéfiques pour la santé que les autres. Et donc, s’il est impossible de se passer du sel, autant alors porter son choix sur un sel bénéfique pour la santé. À cet effet, il y a une catégorie de sel qui fait de nombreux adeptes : il s’agit du sel de l’Himalaya. Riche d’histoire et en minéraux, ce sel est le sujet du présent contenu.

Sel de l’Himalaya : d’où provient-il ?

En dépit de sa dénomination, le sel de l’Himalaya ne provient pas réellement de la chaîne de montagnes. En fait, il extrait à environ 300 km de la montagne et plus précisément dans une mine située dans la province du Cachemire. Cette mine constitue l’une des plus grandes mines d’extraction de sel. À ce titre, des centaines de tonnes de ce sel y sont extraites.

La découverte de cette substance cristalline remonte à approximativement 325 années avant l’ère de Jésus-Christ. L’histoire raconte que la découverte a été faite par une troupe cherchant un lieu de repos. Toutefois, le commerce réel du sel de l’Himalaya prit forme,  au XVI siècle lorsque les colons britanniques prirent la direction de la région. Selon les estimations des experts, il resterait environ 600 millions en tonnes de sel de la roche.

Lisez aussi   Comment soulager le nerf cubital ? Toutes nos astuces

Sel de l’Himalaya : quels sont ses bienfaits ?

Couramment appelé le sel de la mer de l’Himalaya, le sel de l’Himalaya est classé au rang d’une halite. À ce titre, il possède un nombre incalculable de propriétés intéressantes pour le bien-être en général. Il faut savoir que son exploitation se fait de façon manuelle afin d’en préserver la pureté.

Des propriétés régénérantes du sel rose de l’Himalaya

Au-delà de l’intervention du sel de l’Himalaya dans l’alimentation en général, il est important de savoir qu’une grande proportion des minéraux issus des mines d’exploitation est destinée à un usage cosmétique. Plus concrètement, seulement 30 % des minéraux de ce sel sont consacrés à l’alimentation. Les 70 % restants sont mis à contribution pour la santé cosmétique bio.

Pour cause, les propriétés régénérantes qu’a à offrir le sel de l’Himalaya. En effet, ce dernier entre dans la composition de certains dentifrices, de solutions de bain buccal, d’articles de gommage et de sel pour le bain. Les personnes qui en ont fait usage à titre d’exfoliant témoignaient de sa capacité de destructions de peaux mortes.

Le sel rose de l’Himalaya a aussi beaucoup à offrir aux sportifs vu qu’elle a une grande aptitude à prévenir les crampes d’origines musculaires et à favoriser la circulation du sang.

Des propriétés toniques que présente le sel de l’Himalaya

Entre autres bienfaits, le sel rose de l’Himalaya présente également des propriétés tonifiantes pour les systèmes immunitaires. De ce fait, si vous êtes sujet à des problèmes respiratoires comme la congestion, les inflammations pulmonaires ou encore l’asthme, alors le sel de l’Himalaya peut constituer un remède efficace pour vous.

Lisez aussi   Danger du manque de calcium : les signes qui doivent vous alerter

Le champ d’application du sel de l’Himalaya s’étend aussi au traitement d’affections de la peau comme l’eczéma, l’acné et le psoriasis. Pour cela, vous n’aurez qu’à mettre ce sel dans votre bain. C’est là un bienfait découvert par Hippocrate qui peut aussi être de mise pour éradiquer les malaises provoqués par des piqûres d’insectes et les ampoules.

Le sel de l’Himalaya présente-t-il un danger ?

Une carence du sel de l’Himalaya en iode est de nature à engendrer l’hypertrophie de la thyroïde. On retrouve cette substance dans les haricots, le pain et bien d’autres aliments. Si, sa carence entraîne une hypertrophie, notez que sa consommation en excès cause une hyperthyroïdie.

Il est donc important que vous le consommiez en quantité raisonnable. Au besoin, combinez sa consommation au sélénium présente dans les poissons et les fruits de la mer. Cela préviendra les pathologies précitées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *